Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Conjoncture novembre 2021 : élevage

Conjoncture novembre 2021 : élevage

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Arrivée de l’hiver, campagne brûlages dirigés, PAC,..

En élevage, les descentes d’estive sont aujourd’hui terminées. Les températures douces jusqu’en fin novembre ont permis des transhumances sereines. Les pâtures d’automne sur parcours et regain ont profité des pluies de septembre avec des repousses partielles.  

En plaine, les conditions restent plus difficiles et sèches et conduiront à des affouragements plus précoces sans attendre les hivernages qui démarrent classiquement à la fin décembre. La tournée d’évaluation du 26 octobre a constaté l’impact de la sécheresse depuis le printemps. Le dossier est en cours d’instruction pour un envoi au Ministère de l’Agriculture en fin d’année.

L’hivernage reste la période la plus sensible pour les troupeaux dans les Pyrénées-Orientales. Comme tous les ans depuis sa mise en place en 2017, la Chambre d’Agriculture réunira avec le GDS et la DDPP, le 1er décembre, une commission de prévention de la maltraitance animale  pour identifier et prévenir les éventuelles situations à risque.

L’arrivée de l’hiver marque aussi le démarrage de la campagne de brûlages dirigés. Les réouvertures sont conduites avec l’appui opérationnel du SDIS 66 (pompiers) et de la Sécurité Civile. La commission départementale présidée par la DDTM, étudiera le 30 novembre, les nouveaux dossiers préparés cet été par la Société d’Elevage. La Chambre d’Agriculture restera très vigilante sur les débats et les avis en particulier ceux portés par les structures environnementales.

En terme de PAC, le Conseil Régional a engagé l’information et la concertation sur la mise en œuvre en Occitanie du Plan Stratégique National, avec 2 réunions les 28 octobre et 26 novembre. Le second pilier est un gros enjeu car il permet de financer les aides à l’installation, aux investissements sur les exploitations (bâtiment, travaux pastoraux …), les MAE pour les GP …
Sur cette thématique de la PAC, la DFCI reste le point noir. La Présidente de la Chambre d’Agriculture a profité de la venue le 22 octobre du premier ministre dans les P.O. pour solliciter un rendez-vous.

Malgré les explications apportées à Matignon, la situation reste inchangée et le dispositif prévu pour la métropole n’est pas aligné sur celui plus favorable de la Corse. La session de la Chambre d’Agriculture a voté à l’unanimité une motion le 22 novembre (voir ci-joint). La situation est ubuesque, alors qu’après 2015, une nouvelle fois les arbitrages semblent défavorables en France, les catalans à l’occasion du colloque ALBERAPASTUR à Gérone ont confirmé leur intérêt pour l’expérience française d’entretien des coupures incendie par le pastoralisme.

Au niveau sanitaire, le 4 novembre dernier un arrêté ministériel a placé l’ensemble du territoire métropolitain en risque « élevé » au regard de la progression rapide du virus de l’influenza aviaire en Europe.

Des mesures de prévention renforcées vont donc s’appliquer afin de protéger les élevages de volailles. Elles s’accompagnent d’un renforcement des dispositifs de gestion de crise au sein du Ministère en lien avec les services territoriaux et les professionnels.

Les mesures de prévention consistent notamment en la mise à l’abri des volailles des élevages commerciaux (modalités variables selon l’espèce et la conduite d’élevage), la claustration ou mise sous filet des basses-cours et l’interdiction de l’organisation de rassemblements des volailles. Ces mesures doivent être accompagnées d’une surveillance clinique quotidienne dans tous les élevages (commerciaux et non commerciaux) afin de protéger les volailles domestiques d'une  potentielle contamination.

En France, le 1er cas en élevage a été confirmé ce vendredi 26/11 dans le département du Nord. La France perd donc son statut indemne. Dans ce contexte de forte pression du virus dans la faune sauvage, sa circulation active par les oiseaux migrateurs et le nombreux de cas détectés dans 26 pays européens (400 foyers en élevage), les mesures de protection et une surveillance accrue sont INDISPENSABLES.

Par ailleurs, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation renforce sa gouvernance pour l’anticipation et la réactivité en cas d’apparition de foyers en élevage en France. Enfin, rappelons que l’influenza aviaire n’est pas transmissible à l’Homme par la consommation de viandes de volailles, œufs, foie gras et plus généralement de tout produit alimentaire !

 


Les dernières actualités

Pour son Service Formation, la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Orientales recrute une Assistante.

La Chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales s’est toujours positionnée en appui technique des filières viticoles, arboricoles et maraîchères du...

Cette aide est attribuée par le Conseil Régional Occitanie, elle concerne les chefs d’exploitations agricoles affiliés à l’AMEXA depuis moins de 5...

Stage 4 à 6 mois, viti-oeno, au sein du service viticulture de la Chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales. Le service expérimentation de la...

Comme chaque année, des modifications des conditions d'accès aux aides à la restructuration du vignoble sont apportées.

Pour cette année, le plan...

GPGV pour « Grapevine Pinot gris virus » ou virus du Pinot gris, identifié pour la première fois sur des ceps de Pinot gris en 2012 dans le nord de...

Outre l’autorisation des traitements thermiques jusqu’à 75°C côté cave et un raccourcissement du délai de conversion (de 5 à 2 ans) dans le cadre...

La Région ouvre en ce début d’année 2022 une nouvelle période de dépôt des dossiers de demande d’aide aux investissements dans le cadre du Plan de...

Depuis le 1er janvier 2022, vous pouvez déclarer vos demandes d’aides animales. Cette déclaration doit se faire obligatoirement via le site TELEPAC.

...

Les températures exceptionnelles de ces fêtes de fin d’année avec des maximales au-dessus des 20 degrés font, comme souvent, naître l’inquiétude des...


Retrouvez nos accompagnements Chambre d'agriculture