Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Cryptoblabes gnidiella (Pyrale du Daphné) - Bilan 2021

Cryptoblabes gnidiella (Pyrale du Daphné) - Bilan 2021

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Nous avons observé sur cette campagne 2021, une infestation par Cryptoblabes globalement moins intense qu’en 2020. Cependant certaines parcelles en zone littorale, ont connu des dégâts importants avec des conséquences sur la qualité et le déclenchement de la récolte.

 

Les orages tardifs survenus fin août sur une maturité avancée mais incomplète, ont provoqué des départs de pourriture grise et la présence d’aspergillus suite à la présence des chenilles et des perforations de baies. Eudémis a aussi, en toute zone provoqué ou accentué la problématique course entre une maturité optimale et un état sanitaire satisfaisant.

Résultats des observations 2021

En janvier, nous avons pu identifier des chenilles de Cryptoblabes, dans des grappes momifiées, à différents stades larvaires de développement (à partir de 2/3mm et plus).

Des prises de papillons ont été réalisées dans les pièges phéromone autour du 26/28 juin, d’autres observations de chenilles ont également été vérifiées sur cette période en zone littorale.

La poursuite et l’intensification des vols a été vérifiée autour du 22 Juillet avec une activité plus régulière et soutenue du 11 au 27 août. Le vol s’est poursuivi première quinzaine de septembre.

Les chenilles étaient largement présentes au vignoble à cette période, et les dégâts bien visibles.

La difficulté majeure, restant le repérage des dépôts de pontes (où les chercher sur les organes de la vigne, et quand ? à partir du déclenchement et observation du vol) afin de définir de la bonne stratégie de lutte. Nos contrôles ne nous ont pas permis de les observer contrairement à Eudémis. Les chenilles installées étant difficiles à atteindre en pulvérisation, car nichées au cœur des grappes, ainsi que le positionnement des pontes (sur rafles à valider).

Moyens de lutte

Aujourd’hui une extension d’usage pour la cible Cryptoblabes gnidiella est intégrée à l’usage insecticide « Tordeuses de la vigne » quand bien même c’est une pyrale. Sauf contre-indication par la firme diffusant la spécialité insecticide, les spécialités commerciales homologuées sur tordeuses sont utilisables sur pyrale du Daphné. La difficulté étant la date d’intervention pour espérer l’optimum d’efficacité, sans pouvoir dans la majorité des situations, se calquer sur la gestion d’Eudémis en G2 ou G3.

Cycle biologique

Cryptoblabes gnidiella réaliserait 2 à 3 cycles reproducteurs par an en région méditerranéenne.

Son cycle débuterait au printemps (mai) avec l’émergence des adultes. Les vols de papillon ont lieu la nuit. Les accouplements ont lieu la nuit-même de l’émergence des adultes. Les mâles sont capables de         féconder plusieurs femelles, quand celles-ci semblent plutôt ne pouvoir s’accoupler qu’une seule fois.

La femelle dépose environ une centaine d’œufs isolément, de forme ovale, sur les feuilles.

Les premières larves sont visibles dès la fin juin. Sur les premiers stades larvaires, la chenille se nourrit de miellat secrété par les pucerons ou les cochenilles. Quand la larve est mature elle est capable de s’attaquer à la baie verte de raisin. Les jeunes larves ne peuvent s’attaquer aux baies seulement si ces dernières ont passé le stade de la véraison. Elles provoquent des perforations irrégulières et peu profondes. Ce mode d’alimentation, pourrait expliquer que ce ravageur n’est observé quasiment qu’en fin de saison, peu de temps avant les vendanges, sur raisins très murs.

Les larves passent par un stade prénymphal, au cours duquel elles cessent de s’alimenter et tissent un cocon de soie avant de se transformer en chrysalide. La nymphose se produit directement dans la grappe. En général, plusieurs larves sont observées au sein d’une même grappe. En fin de cycle végétatif, les grappes touchées, prennent un aspect de grappes momifiées.

L’insecte hiverne au stade adulte (papillon), ou chrysalide, et est sensible au gel. Ainsi l’importance des populations varie en fonction des conditions climatiques hivernales. Le cycle précis de ce ravageur sous nos conditions climatiques n’est pas encore connu.

Les techniciens des Chambres d’agriculture procèdent à des observations au vignoble et à des piégeages pour comprendre plus précisément les dynamiques de populations. En cas de doutes, n’hésitez pas à contacter votre technicien.

 

 


Les dernières actualités

Le Préfet des Pyrénées-Orientales a pris un nouvel arrêté sécheresse entrainant des restrictions d'utilisation de la ressource en eau dans la vallée...

Une nouvelle charte riverains pour les département des Pyrénées-Orientales a été validée par le Préfet en date du 26 Juillet 2022. Elle s'applique...

Partager les équipements nécessaires à l’extraction et au conditionnement du miel permet d’alléger les investissements à l’installation. En groupe, il...

Information du Comité RQD : Après un PCR 4 qui a connu un véritable succès, le Conseil Spécialisé Vin de FranceAgrimer vient de donner son accord sur...

Cette plante allergisante n’avait pas encore été signalée dans notre département, contrairement à nos voisins… C’est chose faite. La FREDON* Occitanie...

Comme vous l’avez peut-être déjà vu passer, l’année 2022 est synonyme de modifications du cahier des charges HVE. Les textes relatifs aux évolutions...

Le Préfet des Pyrénées-Orientales a pris un nouvel arrêté sècheresse entrainant des restrictions supplémentaires d'utilisation de la ressource en eau...

jeudi 21 juillet 2022

Il est désormais obligatoire de désigner un médiateur de la consommation dès que des activités de vente de biens ou services pour le grand public sont...

En raison des fortes chaleurs, des besoins en eau élevés des vergers, en conséquence des fortes ETP (évaporation transpiration potentielle) il est...

La Chambre d’agriculture recherche des talents agricoles pour compléter son équipe d’experts ! Nous te proposons un modèle basé sur la proximité,...


Retrouvez nos accompagnements Chambre d'agriculture