Vous êtes ici : Accueil > Actualités > [SALADE] bilan campagne 2020-2021

[SALADE] bilan campagne 2020-2021

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

38 millions de pieds de salade

Une année bien en-dessous de la moyenne

La 4e gamme au rendez-vous

 

38 millions de pieds de salade

On dénombre au cours de la dernière campagne salade 38 millions de pieds plantés (6 millions en plein champ et 32 millions sous abri) répartis en 105 ha de plein champ, soit une trentaine d’hectares de moins que l’an dernier et 242 ha sous abris en surface développée (- 25 ha).
- Le plein champ se compose à 49 % de scarole et frisée, 19 % de feuille de chêne rouge, 13 % de batavia blonde, 12 % de laitue  et 7 % entre feuille de chêne blonde, multi-feuille et très fine maraîchère.
- Le sous abri se décline à 30 % en batavia, 24 % en laitue, 15 % en feuille de chêne blonde, 9 % en multi-feuilles, 5 % en feuille de chêne rouge et 5 % en lollo blonde, rouge et très fine maraîchère. Scarole et frisée de printemps représentent 12 % du sous abri.

Une année bien en-dessous de la moyenne

La courbe de prix sur le marché du frais de la batavia pour la campagne 2020-2021 est bien en-dessous de la moyenne des 5 dernières années (figure 1). Le marché a été défaillant d’un bout à l’autre de la saison, surtout en feuille de chêne blonde et rouge.
Au regard des courbes de prix sur le marché du frais de la batavia (figure 2) aucune des 6 dernières campagnes ne se ressemble. Mais la campagne 2020-2021 se singularise par un prix d’une remarquable linéarité. La grande distribution, selon les enseignes, a offert des débouchés plus ou moins solides. Les grossistes étaient, quant à eux, présents, ce qui explique peut-être une meilleure dynamique commerciale pour la laitue beurre.

Figure 1, source RNM

 

Figure 2, source RNM

La 4e gamme au rendez-vous

Elle était bien présente à l’inverse de l’an dernier où une partie de l’industrie de la 4e gamme avait tiré le rideau en raison du premier confinement COVID 19. Heureusement car ce marché écoule environ 60 % de la production roussillonnaise. Toutefois, un bémol avec les gelées de début janvier qui ont eu pour conséquence une baisse sensible des grammages dans un marché spécifique rémunéré uniquement au poids des productions.

Côté sanitaire, oui mais…

Dans l’ensemble, les problèmes sanitaires tels que les pucerons et brémia ont été bien maîtrisés. Mais la présence de la fusariose de la laitue (Fusarium oxysporum f.sp .lactucae) se confirme dans les Pyrénées-Orientales. Cette maladie émergeante est connue depuis 2002 en Italie (Lombardie, Piemont et Emilie-Romagne), 2013 en Belgique et aux Pays-Bas et dans la continuité concerne plusieurs bassins de production français. Dans les Pyrénées-Orientales, elle se manifeste depuis au moins 2 ans avec des certitudes cette année compte-tenu des résultats de laboratoire positifs. C’est une vraie problématique pour les producteurs spécialistes de salade.


L’agent pathogène peut être transmis par les semences mais aussi déplacé d’une parcelle contaminée à une autre par le matériel de travail de sol par exemple. Les résistances variétales sont l’une des parades avec notamment quelques variétés proposées dans les recommandations variétales de la Sica Centrex pour la saison 2021-2022. Le plus souvent, les variétés résistantes sont encore sous numéro et à essayer mais quelques-unes sont baptisées et sont recommandées notamment dans la gamme des batavias. Les résistances seront probablement insuffisantes dans des rotations salade sur salade en entretenant une augmentation de Fo lactucae avec à terme de probable nouveaux isolats. La solarisation, voire la biofumigation, mais aussi les rotations d’espèces de familles botaniques différentes de la salade renforceront les résultats des variétés résistantes.

Synthèse des 5 précédentes campagnes


2019-2020 : l’impact du COVID

- 42.5 millions de pieds (133 ha en plein champ et 268vha sous serres)

- Des prix moyens à corrects jusqu’au premier confinement sanitaire COVID 19.

- Un marché très incertain pendant les 10 premiers jours de confinement puis la demande est revenue principalement par la grande distribution et les grossistes. Par contre, avec la fermeture entre autres de la restauration rapide et autres restaurants et cantines, le marché de l’industrie a littéralement tiré le rideau.


2018-2019 : 3 mois intéressants

- 44 millions de pieds (160 ha en plein champ et 265 ha sous serres)

- Les maraîchers qui ne cultivent plus un pied de salade sont de plus en plus nombreux.

- Le marché du frais est intéressant dès le début de campagne et pendant 3 mois. A partir de février les prix baissent pour être divisés par deux en un mois et s’écroulent en fin de saison. Seule la feuille de chêne rouge résistera en termes de prix.


2017-2018 : en-dessous des coûts de production

- 49 millions de pieds (180 ha de plein champ et 300 ha sous serres)

- Les prix du marché du frais n’ont jamais décollé et sont restés le plus souvent en-dessous des coûts de production dans la gamme des salades tendres.

- Un léger mieux aux fêtes de fin d’année et en fin de campagne.

 - Sans exceller, les scaroles et frisées s’en sortent mieux


2016-2017 : le meilleur comme le pire

- 53 millions de pieds (220 ha de plein champ et 315 ha sous serres)

- Début janvier, un froid polaire s’installe en Europe. L’Espagne et l’Italie, les deux plus gros producteurs, sont fortement impactées.

 - Les prix s’envolent en janvier/février puis amorcent une baisse pour complètement s’effondrer en fin de campagne.


2015-2016 : Une crise sans précédent

- 64 millions de pieds (315 ha en plein champ et 360 ha sous serres)

 - L’hiver le plus chaud depuis 1900.

- Tous les bassins de production sont présents en début d’hiver.

- Après les dramatiques attentats de Paris du 13 novembre le marché se bloque.

- La salade est déclarée en crise conjoncturelle pendant 47 jours consécutifs.


 


 

 

 

 


Les dernières actualités

Vous êtes agriculteur⋅rices, vous avez un projet de plantation d’arbres ou de haies champêtres, vous souhaitez être accompagné⋅es dans votre projet....

La sécheresse actuelle et les conditions venteuses accentuent les risques d’incendies.

Plusieurs feux, en plaine et piémont, ont été difficilement...

Le rSa permet de garantir un minimum de ressources en cas de baisse, d’absence ou de faibles revenus.

La contrainte hydrique est recherchée en viticulture. Elle limite la croissance végétative et favorise la qualité des raisins. En revanche, un stress...

Le mardi 13 juillet 2021 la Préfecture des Pyrénées-Orientales a pris un nouvel arrêté sècheresse entrainant d'importantes restrictions pour...

Dans le cadre du projet de création de liaison routière entre la RD 37 et la RD 612 d'une part, et de la mise en œuvre d'un aménagement foncier rural...

La mairie de Perpignan envisage de créer un marché hebdomadaire aux fleurs et plantes sur la commune.

La Région met en place une nouvelle période de dépôt des dossiers de demande d’aide aux investissements dans le cadre du Plan de Compétitivité et...

Le RSA, une garantie de revenus en cas de besoin.

Les ressources de votre foyer diminuent, vous rencontrez des difficultés...

Le RSA peut vous...

Retrouvez nos accompagnements Chambre d'agriculture