Vous êtes ici : Accueil > Actualités > SDAGE 2022-2027 : La Chambre d’agriculture opposée au projet soumis à consultation.

SDAGE 2022-2027 : La Chambre d’agriculture opposée au projet soumis à consultation.

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le Préfet de Région Auvergne Rhône-Alpes également Préfet coordonnateur de bassin Rhône Méditerranée, soumet à consultation le projet de SDAGE 2020-2027.

 

 

 

Le SDAGE c’est le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux.

Concrètement c’est un document de plus de 700 pages qui fixe les lignes directrices, les règles et les objectifs en matière de gestion de l’eau à l’échelle d’un territoire s’étendant de Vesoul, à Vintimille et jusqu’au Cap Béar. Ce SDAGE est accompagné d’un « Programme de Mesures », le PdM, qui liste les actions que la France s’engage à réaliser auprès de l’Europe sous peine de sanctions.

La Chambre d’agriculture est bien consciente de l’importance de ce schéma qui doit tenir compte de l’ensemble des usages : eau potable, biodiversité et économie (dont l’irrigation agricole).

Mais la  proposition ne nous paraît pas équilibrée.

La Chambre d'agriculture s'oppose à ce projet en l'état actuel. Il faut signaler que les représentants agricoles de tous les Comités de Bassins nationaux se sont opposés aux différents projets de SDAGE.

A l’échelle du bassin, à Lyon, les instances agricoles ont été concertées et leur influence a  pu s’exercer dans les limites du nombre de leurs représentants (6 élus agricoles sur 160 représentants au comité de bassin).

Localement une concertation a eu lieu mais nous avons regretté que la rédaction de comptes rendus de réunion ait été refusée, qu’aucun élu du territoire n’ait été convié et que les acteurs actuellement présents en CLE ou PGRE n’aient pas été invités.

Sur le fond nous avons alerté sur une rédaction du SDAGE qui ne prend pas en compte les enjeux sociaux et économiques liés à l’usage de l’eau. En effet le projet de SDAGE est uniquement centré sur les cours d’eau et ne prend pas en compte l’environnement et le territoire au sens large. Nous appelons donc le Préfet de bassin à corriger ce biais pour aboutir à une rédaction acceptable et plus efficace.

Pour ce qui est du Programme de Mesures nous regrettons vivement que le stockage ne soit que très peu cité. Pour exemple dans la vallée du Tech plusieurs sites de stockages ont été inventoriés, analysés et partagés par les acteurs du territoire mais n’ont pas été intégrés au Programme de Mesures. Les seules économies d'eau ne suffisent pas à relever les défis  du respect des objectifs environnementaux, de l'adaptation aux effets du changement climatique et du maintien d'une production agricole professionnelle et vivrière. C’est ce dernier défi qui permet d'atteindre la souveraineté alimentaire et d'alimenter la population en produits locaux de qualité. La Chambre ne peut être favorable à un texte qui minimise l’accès au stockage.

De même le Programme de Mesures propose de revenir sur des seuils de débits réservés déjà arrêtés par le Préfet des Pyrénées-Orientales. Dans le département la question des débits réservés à fait l'objet de longues concertations et a conclu à l'établissement d'un consensus en 2015/2016. « Re-réviser » les débits réservés de ces masses d'eau nous semble être dénué de fondements  et être un facteur de fragilisation des avancées localement obtenues entre partenaires de la gestion de l'eau. Pour ces raisons nous avons demandé le retrait de ces mesures.

Enfin le Programme de Mesures propose de réviser les droits des canaux d’irrigation à la baisse. Cette mesure n'a pas été concertée, n'est pas partagée et n'a pas été mise à l'ordre du jour d’un PGRE ou d’un PTGE. Les dérèglements climatiques rendent chaque jour l'irrigation des cultures plus cruciale pour la reconquête de notre souveraineté alimentaire et pour le maintien de notre tissu économique et social. La question des droits d'eau est importante et doit être raisonnée dans le cadre d'une concertation intégrant tous les usages. Ça n’a pas été le cas,  la Chambre d’agriculture propose donc le retrait de cette mesure.

Malgré la difficulté du dossier Eau les élus de la Chambre sont très impliqués sur le terrain afin de faire évoluer les choses positivement pour le territoire, l’agriculture et les agriculteurs.

Vous pouvez, à titre individuel, donner votre avis jusqu’au 15 août 2021. Pour cela nous vous invitons à suivre le lien suivant :

https://www.eaurmc.fr/jcms/pro_102509/fr/donnez-votre-avis-sur-la-gestion-de-l-eau-et-des-inondations

 

Fabienne BONET

Présidente de la Chambre d'agriculture des Pyrénées-Orientales

Claude JORDA

2ème vice-Président de la Chambre d'agriculture des Pyrénées-Orientales

Contact :


Les dernières actualités

Vous êtes agriculteur⋅rices, vous avez un projet de plantation d’arbres ou de haies champêtres, vous souhaitez être accompagné⋅es dans votre projet....

La sécheresse actuelle et les conditions venteuses accentuent les risques d’incendies.

Plusieurs feux, en plaine et piémont, ont été difficilement...

Le rSa permet de garantir un minimum de ressources en cas de baisse, d’absence ou de faibles revenus.

La contrainte hydrique est recherchée en viticulture. Elle limite la croissance végétative et favorise la qualité des raisins. En revanche, un stress...

Le mardi 13 juillet 2021 la Préfecture des Pyrénées-Orientales a pris un nouvel arrêté sècheresse entrainant d'importantes restrictions pour...

Dans le cadre du projet de création de liaison routière entre la RD 37 et la RD 612 d'une part, et de la mise en œuvre d'un aménagement foncier rural...

La mairie de Perpignan envisage de créer un marché hebdomadaire aux fleurs et plantes sur la commune.

La Région met en place une nouvelle période de dépôt des dossiers de demande d’aide aux investissements dans le cadre du Plan de Compétitivité et...

Le RSA, une garantie de revenus en cas de besoin.

Les ressources de votre foyer diminuent, vous rencontrez des difficultés...

Le RSA peut vous...

Retrouvez nos accompagnements Chambre d'agriculture