Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Réseau Fermes DEPHY : la Chambre d’agriculture fait le grand Chelem

Réseau Fermes DEPHY : la Chambre d’agriculture fait le grand Chelem

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La Chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales s’est toujours positionnée en appui technique des filières viticoles, arboricoles et maraîchères du département en accompagnant leurs évolutions et les adaptations souhaitées ou subies.

 

Des débuts de la production raisonnée au développement de la production biologique, en passant par des démarches comme HVE et demain la prise en compte du concept de conservation des sols ou des labels bas carbone, c’est par une synergie entre expérimentation et conseil que cet accompagnement s’est structuré.

Lors de la mise en place, par le Ministère de l’Agriculture, du programme Ecophyto, la Chambre d’agriculture a immédiatement candidaté sur deux dispositifs de ce plan correspondant à ses missions et à son expertise :
-    dans le domaine de l’Expérimentation avec le dispositif expé-Ecophyto et la participation à 4 réseaux, dès 2013, en arboriculture (pêche et abricot), en viticulture et en maraîchage (artichaut)
-    dans le domaine du Conseil et du développement avec le dispositif Fermes DEPHY avec 4 réseaux, dont 2 en arboriculture (pêche et abricot), un en viticulture et un en maraîchage.


Courant 2021, la Chambre d’agriculture a candidaté au renouvellement de ces 4 réseaux fermes, 4 candidatures qui ont été retenues par le Ministère pour la période 2022-2026.
Sur les 180 réseaux au niveau national, avec 4 réseaux fermes DEPHY, la Chambre d’Agriculture des Pyrénées Orientales est, sans doute, la structure agricole en France qui anime le plus grand nombre de réseaux fermes.
La démarche proposée pour accompagner ces 4 groupes d’agriculteurs dans la réduction d’usage des produits phytosanitaires s’inscrit dans les principes de la Protection Intégrée des Cultures (PIC). La démarche privilégiée est celle qu,i au final, débouche sur la re-conception des systèmes de culture qui s’inscrivent dans une logique de transition agro-écologique globale.
L’un des critères majeurs d’évaluation des DEPHY FERME est le maintien bas ou une baisse forte d’IFT (Indice Fréquence Traitements).

Les  groupes ont travaillé sur l’efficience des traitements phytosanitaires dans un premier temps et la substitution par des produits de biocontrôle dans un deuxième temps.
Actuellement l’objectif est la re-conception des systèmes de culture en intégrant les aménagements agro-écologiques, les biocontrôles et l’intégration de la biodiversité fonctionnelle dans le système de culture et l’amélioration de la fertilité des sols. Pour la plupart des exploitations nous sommes en phase de maintien des IFT bas, tout en sécurisant la production.
Le dispositif des Fermes DEPHY est particulièrement adapté pour diffuser les composants de l’agro-écologie et de la triple performance.

 

VITICULTURE

Les 12 membres du groupe fermes dephy viti 66 sont tous adhérents à la cave coopérative du Terrassous. Les exploitations sont majoritairement viticoles. Les profils sont différents en termes de surface exploitée et de fonctionnement, mais ces viticulteurs partagent les mêmes valeurs, la même volonté de maintenir un patrimoine et une structure de commercialisation en bon état de transmission. Tous les viticulteurs du groupe ont intégré la démarche HVE niveau 3 en 2020 et 2021. Un membre du groupe est certifié bio, deux membres vont entamer la phase de conversion.
Ce groupe DEPHY est actif depuis 2011 avec un noyau de viticulteurs qui reste le même depuis le début et un taux de renouvellement des membres de 30 % pour la phase 2022-2026.
Les parcelles suivies dans le projet sont conduites à 2,5 m * 1 m et situées sur le vignoble des Aspres. Les problématiques liées au stress hydrique, aux maladies cryptogamiques et aux ravageurs sont caractéristiques du vignoble départemental avec, comme conséquences, des baisses de rendements notables au cours des dernières années.
A travers l’évolution des pratiques au sein de leur exploitation, les viticulteurs visent une baisse de l’utilisation d’intrants chimiques et une hausse des rendements. Les principaux leviers sont l’amélioration de la qualité des traitements, la substitution (travail du sol mécanique, utilisation de produits de biocontrôles) et l’amélioration de la fertilité des sols.

 

ARBORICULTURE

La démarche Dephy, qui est avant tout volontaire, est une opportunité pour faire évoluer son système de culture vers des pratiques plus vertueuses.

Actuellement, les productions de fruits d’été en Agriculture Biologique bénéficient d’un marché porteur et de prix de vente élevés. En 5 ans, les conversions de vergers ont été importantes, mais le chiffre d’affaires est également lié au niveau du rendement. Le tonnage/hectare récolté, en particulier grâce à la maîtrise du système de culture, détermine la rentabilité. En Agriculture Biologique, les rendements sont inférieurs au Système De Culture conventionnel de 30 à 40 % ; et si, par exemple, un bio-agresseur n’est pas maîtrisé (Monilia laxa, puceron farineux, …) le rendement peut chuter de 80 %.

On doit donc reconcevoir le verger, mais aussi mettre en place tous les leviers principaux et complémentaires possibles pour diminuer cette perte de production, en particulier les années climatiquement difficiles, tout en maintenant les Indices de Fréquence de traitement au niveau bas actuel.
Les 2 groupes, sur les 5 dernières années, ont fortement travaillé sur la réduction des intrants phytosanitaires. Les agriculteurs en AB sont devenus majoritaires, cela a amené une convergence des problématiques et une motivation commune sur l’évolution des Systèmes De Culture.

 

MARAICHAGE

Le groupe de 10 exploitants se compose à 60 % de producteurs en Agriculture Biologique et 40 % de producteurs en culture conventionnelle. Ces exploitations utilisent des réseaux de commercialisation variés et touchent la plupart des opérateurs du département.  La majorité des cultures sont cultivées en plein champ, très variées mais ont pour dominantes, l’artichaut, le céleri branche, le brocoli et la salade.
Dans un objectif commun de réduction des intrants et principalement des produits phytopharmaceutiques, les axes de travail diffèrent en fonction des problématiques propres à chaque exploitation et chaque culture, mais elles sont souvent complémentaires et peuvent servir d’exemples pour l’ensemble de la filière.
Les pratiques mises en place depuis plusieurs années, mais également en cours de développement permettent une approche plus raisonnée des cultures, comme par exemple, l’utilisation de variétés tolérantes aux maladies, la gestion des rotations et des inters cultures, la fertilité des sols, les produits de biocontôle, l’utilisation optimale du goutte à goutte, la pratique du binage de précision, le renforcement de la biodiversité au sein des exploitations…
L’ensemble de ces leviers sont en cours d’amélioration, dans le but de limiter la part des intrants sur les cultures, d’optimiser les rendements, maitriser les coûts de productions et la rentabilité des exploitations.

 

 

 


Les dernières actualités

jeudi 17 février 2022

L’État a mis en place le 31 janvier 2022 un dispositif d'urgence pour soutenir les exploitations agricoles d'élevage porcin touchées par la hausse des...

Une nouvelle PAC était attendue mais l’Europe a décidé de prolonger l’application des règles actuelles de la Politique Agricole Commune (PAC) jusqu’à...

La Chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales recrute en CDD un(e) conseiller(e) appui aux entreprises.

 

Fin 2021, la Chambre d’agriculture statuait un nouveau positionnement sur le photovoltaïque. Devant le constant d’un développement anarchique du...

La Direction Départementale des Territoires et de la Mer des Pyrénées-Orientales communique : Calamité Agricole suite au gel du 04 au 08 avril 2021....

vendredi 11 février 2022

Les arbitrages sur la PAC 2023 sont aujourd'hui réalisés. Nous vous avons présentés, au cours de 8 réunions, les deux évolutions majeures : la fin du...

Depuis le 1er janvier 2022, les fruits et légumes frais non transformés, ne peuvent plus être vendus sous plastique en France. Cette nouvelle...

Depuis la disparition, des seuls moyens de lutte chimique (arsénite de sodium) sur BDA et Esca, (fluzilazole+carbendazime) sur Eutypiose pour des...

L'apprentissage est une voie de formation adaptée aux métiers de l'agriculture tant pour les jeunes qui souhaitent se former que pour les entreprises...

La Chambre d’agriculture, la F.D.S.E.A, les J.A. et le Syndicat des Vignerons étaient intervenus auprès de la Direction Départementale des Finances...


Actualités en relation

Retrouvez nos accompagnements Chambre d'agriculture