Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Bioleg, la reconquête des friches...

Bioleg, la reconquête des friches...

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Ce mardi 30 avril, Mr CHOPIN préfet des Pyrénées-Orientales, Mme Hermeline MALHERBE présidente du Département, Mme Fabienne BONET, présidente de la Chambre d’Agriculture, Mme Judith CARMONA de la commission agricole de la Région, les présidents des EPCI, ACVI Mr Pierre AYLAGAS et Sud Roussillon Mr Thierry del POSO, les élus, Mr Philippe JUNQUET Directeur de la DDTM, Mr Yves ARIS président de TERANEO ont visité les entreprises partenaires du projet Bioleg Roussillon : Alterbio, un maraicher bio Mr José Sanchez, et l'entreprise agro alimentaire Prosain.

En effet ces entreprises qui travaillent, conditionnent et vendent des fruits et légumes bio frais et transformés ont des besoins en forte augmentation et souhaitent majoritairement se fournir auprès des agriculteurs bio locaux.

Avec l'appui du Département, de la Chambre d'Agriculture et du Civam bio 66 le projet BIOLEG a été lancé dans l'objectif de faciliter l’accès au foncier dans le cadre d’installation ou de reconversion en agriculture biologique tout en apportant la garantie des débouchés commerciaux.

Fort du constat qu'un frein majeur au développement de l’agriculture est avant tout la disponibilité du foncier, le Département à l’initiative des communautés de communes Albères-Côte Vermeille-Illibéris et Sud Roussillon, a engagé une procédure collective de mise en valeur des terres incultes sur un territoire situé à l’aval du Tech en rives gauche et droite. L’espace concerné est à fort potentiel agronomique et touché par la déprise agricole et la rétention foncière.

C’est un projet ambitieux qui vient d’être lancé par sa surface avec plus de 1500 ha (sur les communes d’Elne, Latour Bas Elne, St Cyprien et Argelès) dont au moins 300 hectares en friches. L’objectif est de lutter contre la déprise agricole en favorisant la remise en culture par les propriétaires ou par un tiers agriculteur.

En conclusion :

Un projet de territoire ambitieux et innovant, fruit de la convergence des dynamiques d’acteurs publics et privés, dont la mise en œuvre aura des effets notables en termes d’aménagement du territoire, de revalorisation des paysages, de redéploiement de l’activité agricole et donc de développement économique et de création d’emplois.

Cette procédure collective pourrait être suivie par d’autres actions similaires, sur d’autres secteurs à enjeux agricoles du Département.