Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Conjoncture janvier 2024 : Elevage

Conjoncture janvier 2024 : Elevage

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Une conjoncture plus dégradée qu’en 2023 !

Une nouvelle année s’est ouverte avec des situations aberrantes sur la météo, les paiements des aides PAC et le suivi satellitaire Airbus de la sécheresse. Tour des dossiers, des attentes des éleveurs et des premières réponses.

Sur le plan météorologique, après une année 2023 catastrophique, 2024 démarre sur des bases encore plus préoccupantes : une seule petite chute de neige qui n’a que blanchie la montagne, excepté sur le nord des massifs du Puymorens et des Camporells. Chute totalement insuffisante pour constituer des stocks pour l’alimentation des rivières. Chute en cours de fonte accélérée du fait de température quasi-estivale fin janvier même en haute-montagne. L’abreuvement des animaux est devenue une astreinte supplémentaire sur beaucoup d’exploitation avec en plus des soins d’affouragement, la nécessité de transporter et distribuer l’eau. Les sources et rivières sont très basses et les ruptures d’approvisionnement menacent. Sur l’abreuvement, la situation est plus dégradée qu’en 2023 à la même époque. Aussi, la filière élevage a demandé par écrit au Conseil Régional de reconduire pour 6 mois son dispositif exceptionnel « abreuvement » déclenché en avril 2023. Faute de trésorerie, l’enveloppe 2023 n’avait été consommée qu’à 20 %.

Au-delà de l’abreuvement, le besoin de pluviométrie est aussi un enjeu pour les cultures et prairies précoces de plaine du Roussillon qui vont sortir d’hivernage dans quelques semaines.

Seconde préoccupation, la trésorerie et les aides PAC. En année normale, les soldes d’aides PAC sont versés en fin d’année. Pour la campagne 2023, les instructions s’éternisent avec des dysfonctionnements multiples. La situation est exacerbée dans les Pyrénées et sur le pourtour méditerranéen, du fait une fois encore du traitement des surfaces pastorales ligneuses. La réforme de leur éligibilité a été arbitrée très tardivement (février 2023). Comme redouté et dénoncé dans 2 motions de la Chambre d’Agriculture, l’impact est catastrophique dans les P-O car au-delà des pertes d’aides prévisibles (au moins 1 Md’€), cette décision tardive a induit des retards de traitement des dossiers et des instructions très hétérogènes selon les DDTM sur la chaîne des Pyrénées. Les élus Chambres d’Agriculture sous l’égide de leur association Pyrénéenne, l’ACAP, demandent donc avec l’appui de la commission montagne FNSEA, une « année blanche » avec le report de l’application de cette réforme. La Chambre d’Agriculture avec le syndicalisme a alerté par courrier le Préfet. Aujourd’hui ces préoccupations sont au cœur des demandes des éleveurs qui manifestent et souhaitent son abandon définitif au nom de la simplification administrative.

Les dysfonctionnements du système airbus, d’évaluation de la sécheresse et son effet délétère sur l’indemnisation de la sécheresse de l’an dernier ont donné lieu à une manifestation mi-décembre. Le ministère de l’agriculture a annoncé mi-janvier un fond d’urgence de 500 000 €. Les modalités d’application ne sont pas connues, la profession souhaite comme le Ministre que cette enveloppe soit abondée par le Conseil Régional pour compléter entre autre l’aide à l’affouragement. En fin décembre, la Chambre d’agriculture a déposé 82 dossiers d’aide au transport ; ces dossiers ne couvrent qu’une partie des approvisionnements : faute de trésorerie de nombreux éleveurs n’ont pas pu constituer la totalité de leur stock. La situation est d’autant plus préoccupante qu’en pleine période de vêlage, les cheptels allaitants sont au pic de leurs besoins alimentaires.

Malgré des soins aux animaux plus chronophages qu’une année normale, les éleveurs se mobilisent pour manifester. Le signal est important ! Des réponses multiples sont nécessaires espérons que les thématiques spécifiques à l’élevage de montagne seront aussi entendues.

 


Les dernières actualités

A partir du 27 mai 2024, grâce à la taxe d’apprentissage, vous pouvez soutenir les actions de votre Chambre d’agriculture dans son engagement et sa...

Le Gouvernement annonce le lancement d'une enquête destinée à préciser l'ampleur et les priorités souhaitées par les viticulteurs pour la réduction...

Dans le cadre du programme Poctefa 2021-2027, un partenariat riche s’est formé autour de l’Université publique de Navarre dans l’objectif de mener des...

Le samedi 15 juin, l’Association des Fromagers fermiers et Artisanaux des Pyrénées, organise le concours national de la Tomme des Pyrénées au lait cru...

En tant qu’employeur, vous êtes tenus d’informer vos salariés sur le service public du conseil en évolution professionnelle (CEP).

Dans la continuité de la simplification administrative et à la demande de la profession viticole, le conseil spécialisé de FranceAgriMer (FAM) vient...

Sécheresse 2023 : la fin

Abricot : les prévisions de récolte Europech 2024

Démarrage de campagne sur les mêmes caractéristiques que 2023

L’évènement phare du territoire dédié à l’entrepreneuriat - Édition 2024