Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Conjoncture mai 2024 : Arboriculture et Maraichage

Conjoncture mai 2024 : Arboriculture et Maraichage

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Prévisions de récolte pêches/nectarines 2024 : vers une année normale.

 

 

 

 

 

Après 3 années 2020, 2021, et 2022 marquées par un déficit de production significatif avec un peu moins de 3 millions de tonnes de pêches, nectarines, pêches plates et pavies, 2023 est revenue sur des niveaux un peu plus élevés avec près de 3.3 millions de tonnes de production.

2023 avait été marquée par le déficit de production dans le Nord de l’Italie suite au gel en Emilie Romagne notamment et des inondations survenues au mois de Mai dans cette même région.

La sécheresse qui sévissait au printemps 2023 de part et d’autre des Pyrénées faisait également craindre des pertes de récolte en Catalogne, Aragon et Roussillon mais les pluies survenues en mai et juin ont finalement permis d’irriguer les vergers et de sauver l’essentiel.

Après plusieurs années déficitaires, l’offre a été plus abondante en 2023 ce qui a généré un marché plus lourd et des prix de vente à la baisse notamment pour les pêches plates mais aussi pour les pêches et les nectarines.

Cette année, même si la sécheresse est toujours d’actualité en Catalogne et en Roussillon, les pluies du printemps devraient permettre de garantir les volumes d’eau suffisants pour irriguer les vergers tout au long de l’été.

Pas d’accident climatique majeur à signaler dans les différents bassins de production de pêches et de nectarines en Europe, les épisodes de gel ou de grêle ont pour le moment été très limités dans les zones de production de pêches et de nectarines en Europe.

Pour 2024, les prévisions de récolte se situent à 2.7 millions de tonnes de pêches, nectarines et de pêches plates soit une hausse de 5% par rapport à 2023 et de 10% par rapport à la moyenne 2018/2022.

Pour les pêches pavies, avec une prévision européenne de 715 000 tonnes, 2024 se situe 1% au-dessus de 2023 et 4% en dessous de la moyenne 2018/2022.

 

GRECE

Avec près de 370 000 tonnes de pêches et de nectarines la production grecque en 2024 devrait se situer à 8% au-dessus de la production 2023 et 23% au-dessus de la moyenne 2018/2022, moyenne qui avait été marquée par des sinistres climatiques.

Pour les pavies, la production 2024 devrait se situer à 345 000 tonnes soit équivalente à 2023 et 9% inférieure à la moyenne 2018/2022.

 

ESPAGNE

Après une campagne 2022 très déficitaire suite au gel en Aragon et en Catalogne, 2023 est revenue sur des niveaux de production proches du potentiel.

La sécheresse qui sévit dans le nord de l’Espagne depuis 2022 faisait craindre des ruptures d’approvisionnement en eau sur de nombreux vergers mais les pluies de mai et de juin 2023 sur les Pyrénées ont permis d’irriguer correctement la plupart des vergers.

Cette année, aucun accident climatique majeur n’est venu impacter la production espagnole. Quelques épisodes de gel très limités sont survenus au mois d’avril en Catalogne et en Aragon sans affecter significativement la production.

Avec un peu moins de 1.2 millions de tonnes de pêches, nectarines et pêches plates, la production 2024 devrait être inférieure de 1% à la production 2023 et supérieure de 14% à la moyenne 2018/2022.

Pour les pavies, la production sera légèrement supérieure à 300 000 tonnes soit une hausse de 6% par rapport à 2023 et stable par rapport à la moyenne 2018/2022.

 

ITALIE

Comme dans les autres bassins de production européens, à ce jour l’Italie n’a pas subi de sinistre climatique majeur et le potentiel de production italien devrait s’exprimer normalement.

Avec un peu plus de 900 000 tonnes de pêches et de nectarines, la production 2024 devrait être supérieure de 11% par rapport à 2023 et stable par rapport à la moyenne 2018/2022.

 

FRANCE

En France, l’an dernier, la production de pêches et de nectarines a finalement été proche du potentiel optimal. La sécheresse qui sévit en Roussillon depuis mars 2022 faisait craindre l’impossibilité d’irriguer les vergers mais les précipitations survenues en mai et juin ont permis de ne pas couper l’irrigation comme on le craignait fin avril.

Cette année, même si la sécheresse perdure en Roussillon, les pluies de fin avril et du mois de mai devraient permettre d’irriguer les vergers et aucun accident climatique majeur n’est à signaler à ce jour dans les autres bassins de production français.

La production française de pêches et de nectarines devrait donc se situer autour de 230 000 tonnes soit 5% au-dessus de 2023 et de 22% supérieure à la moyenne 2018/2022.

 


Les dernières actualités

Ce dispositif d'aide multi-filière vise à financer des investissements permettant de réduire voire de substituer ou améliorer l’utilisation de...

Le nouvel appel à Projet « Rénovation Verger » des campagnes 2023/2024 et 2024/2025 de FranceAgriMer est ouvert en ligne à partir du 30 mai 2024. La...

Ce dispositif d'aide vise à financer des investissements permettant d’améliorer la résilience individuelle des exploitations agricoles face à la...

Le 31 mai 2024 le Préfet des Pyrénées-Orientales a pris un nouvel arrêté sécheresse prorogeant l'arrêté du 4 avril 2024 et globalement l'ensemble des...

Ce lundi 27 mai la Chambre d'agriculture et ses partenaires ont mis à l honneur nos talents catalans ! C4est au total 86 produits pour 36 médaillés.

Comme tous les ans, le réseau Bienvenue à la ferme organise ses portes ouvertes dans les Pyrénées-Orientales et dans toute l'Occitanie le premier...

Après 2 années de sécheresse, un printemps normal.

Situation des marchés vins vrac.

Prévisions de récolte pêches/nectarines 2024 : vers une année normale.