Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Conjoncture mai 2024 : Viticulture

Conjoncture mai 2024 : Viticulture

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Situation des marchés vins vrac.

Le Conseil Interprofessionnel des Vins du Roussillon a publié sa situation des marchés vins vrac au 30 avril 2024.

Cette étude permet de voir quel est la dynamique du marché par type de produit et de la comparer par rapport à la situation il y a un an.

La situation des vins rouges s’améliore un peu par rapport à l’année dernière à la même date, avec une hausse des volumes contractualisés (+24% pour les AOP et +20% pour les IGP). Par contre les prix sont plutôt à la baisse (par ex : -14% pour les Côtes du Roussillon, -12% pour les IGP). Seule l’appellation Collioure rouge connait une augmentation significative de son cours (+18%, à 408€/hl) mais avec des volumes fortement en baisse (-62%).

Pour les vins rosés, les dynamiques sont diamétralement opposées entre les AOP (-35% en volume) et les IGP (+10% en volume), et au global une baisse de 22% en volume. Les prix constatés sont globalement stables (-2% pour les Côtes du Roussillon, -3% pour les IGP).

Du côté des vins blancs, nous constatons une dynamique similaire à celle des rosés avec une baisse des volumes sur les Côtes du Roussillon (-7%) et une hausse sur les IGP (+12%), avec pour l’ensemble des vins blancs une hausse de 6% des volumes contractualisés. Les prix sont en hausse sur les Côtes du Roussillon (+9%) et en baisse sur les IGP (-1%).

L’observatoire du CIVR permet également de suivre la dynamique de contractualisation des vins certifiés Bio et HVE. Le constat est rude pour la filière bio, et conforme à la situation nationale des autres appellations viticoles (et autres productions agricoles). Les volumes contractualisés en Bio sont en chute libre (-51% pour les rouges, -26% pour les rosés et -43% pour les blancs). Et pour ne rien arranger à la situation, les prix sont également à la baisse sur les volumes les plus significatifs (-16% sur les Côtes du Roussillon rouge, -3% sur les IGP rouge, -23% pour les IGP blancs). Les marchés des vins certifiés HVE ne connaissent pas la croissance espérée (-5% en volume sur les rouges, -47% sur les blancs). Seul les rosés HVE ont une vraie dynamique positive (+70% en volume) portée par les Côtes du Roussillon rosés HVE (+213% en volume). Au niveau des prix, le cours des produits HVE est globalement stable voire en légère baisse.

Pour terminer, la situation des VDN est variable selon les appellations. Au global tous produits confondus, les volumes contractualisés sont en hausse de 14%. Cette hausse s’explique majoritairement par celle des Muscats de Rivesaltes (+29% en volume, prix stable). Les Rivesaltes sont en baisse de 4% en volume (prix stable). Les Maury connaissent une baisse de volume de 50% et de prix de 10%. Enfin les Banyuls subissent une dynamique positive tant en volume (+19%) qu’en prix (+2%).

Arrachage définitif ou temporaire.

A en croire les nombreuses sollicitations que nous recevons à la Chambre d’Agriculture, la mesure est fortement attendue par grand nombre de vignerons de notre département. L’Etat a annoncé une enveloppe de 150 M€ en complément des crédits du programme national OCM viti-vinicole pour mettre en œuvre une mesure structurelle de réduction du potentiel viticole qui se déclinerait en 2 volets : arrachage définitif et arrachage temporaire.

Afin de pouvoir finaliser les contours de la mesure, l’Etat par l’intermédiaire de FranceAgrimer lance une enquête d’intention d’arrachage auprès des viticulteurs.

Cette enquête est disponible sur le lien suivant : https://pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique/retrait-dispositif.xhtml?codeDispositif=SARV

A ce stade, il est évoqué :

  • Une mesure d’arrachage temporaire à 2.500 €/ha, en échange de la non-replantation en vigne de la surface équivalente pendant 4 ans ; l’autorisation de replantation des surfaces équivalentes ne pourrait être octroyée qu’après une période de 4 ans, mais sans obligation de replanter ni sanction.
  • Une mesure d’arrachage définitif à 4.000 €/ha, en échange de l’impossibilité d’obtenir une autorisation de replantation d’une surface équivalente.

Il n’est plus évoqué d’obligation de renaturation après arrachage.

Les montants proposés, dans la version actuelle du projet, risquent d’en décevoir plus d’un…

 


Les dernières actualités

Ce dispositif d'aide multi-filière vise à financer des investissements permettant de réduire voire de substituer ou améliorer l’utilisation de...

Le nouvel appel à Projet « Rénovation Verger » des campagnes 2023/2024 et 2024/2025 de FranceAgriMer est ouvert en ligne à partir du 30 mai 2024. La...

Ce dispositif d'aide vise à financer des investissements permettant d’améliorer la résilience individuelle des exploitations agricoles face à la...

Le 31 mai 2024 le Préfet des Pyrénées-Orientales a pris un nouvel arrêté sécheresse prorogeant l'arrêté du 4 avril 2024 et globalement l'ensemble des...

Ce lundi 27 mai la Chambre d'agriculture et ses partenaires ont mis à l honneur nos talents catalans ! C4est au total 86 produits pour 36 médaillés.

Comme tous les ans, le réseau Bienvenue à la ferme organise ses portes ouvertes dans les Pyrénées-Orientales et dans toute l'Occitanie le premier...

Après 2 années de sécheresse, un printemps normal.

Situation des marchés vins vrac.

Prévisions de récolte pêches/nectarines 2024 : vers une année normale.