Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Conjoncture novembre 2023 : Elevage

Conjoncture novembre 2023 : Elevage

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Sécheresse, acomptes PAC, maladie hémorragique épizootique (MHE), lourde actualité pour l’élevage

Sécheresse, acomptes PAC, sanitaire, l’actualité de novembre est dans la continuité de celle d’octobre.

En terme de sécheresse, la situation reste inchangée en ce qui concerne les contrats d’assurance multirisques climatiques. Les jauges du mois d’octobre ne permettent pas la prise en charge des pertes. Le Ministre avait convenu lors du rendez-vous avec les Présidents Chambre d’Agriculture, FDSEA et CDJA, d’intervenir sur le dossier avec les données de la fin octobre. La Chambre d’Agriculture avec le syndicalisme a donc fait remonter la question aux services de l’Etat et a présenté une motion lors de sa session plénière du 28 novembre.

Elle porte sur les assurances et le traitement des demandes individuelles de dérogation à l’application en 2023 de la réforme sur les surfaces pastorales ligneuses. L’application du chargement pastoral minimum de 0,2 UGB/Ha rend inéligible à la PAC des surfaces ligneuses et la sécheresse 2023 ne permet pas d’accroître les effectifs pour limiter l’impact de cette réforme. La Chambre d’Agriculture a écrit à tous les éleveurs concernés pour les inciter à demander cette dérogation.

Sur le volet affourragement, la Chambre d’agriculture a informé les éleveurs sur le dispositif d’aide au transport voté le 20 octobre par le Conseil Régional. Les dépenses engagées jusque fin novembre sont éligibles. Les dossiers seront transmis à la Région en décembre.

En terme sanitaire, les retours des premiers départements du piémont pyrénéen touchés par la maladie hémorragique épizootique (MHE) sont inquiétants avec une morbidité et une mortalité plus importante qu’annoncées initialement et des surcharges énormes de travail pour les soins infirmiers.

La maladie évolue vers le nord : en 2 mois de début septembre à début novembre, la France est passée de 3 cas à 2954 foyers. Les Pyrénées-Orientales n’enregistrent aucun cas pour le moment. Un culicoïde est le vecteur de cette maladie virale. Elle continue de circuler car cet insecte résiste mieux que les moustiques aux températures froides.

L’arrivée de l’hiver et du gel devrait préserver l’élevage départemental concentré à 80 % en montagne. Cependant, en l’absence de vaccin, la situation risque de se dégrader au printemps 2024.  En terme économique, la situation à court terme reste satisfaisante car la réouverture rapide des exportations vers l’Espagne a permis la vente des broutards.

En terme de PAC, la note de conjoncture précédente est largement revenue sur les aspects techniques du comité de pilotage d’octobre. Les responsables professionnels s’étaient inquiétés des retards de paiement des aides. Depuis un mois de nombreux retours de terrain confirment leurs préoccupations. La conjonction de ces retards avec le calage par les banques du prélèvement des annuités d’emprunts sur l’agenda des acomptes PAC fragilisent de nombreuses trésoreries d’exploitations. L’arrivée des soldes en décembre est un enjeu majeur.

 


Les dernières actualités

Afin de faciliter une prise en charge personnalisée des difficultés rencontrées par les entreprises agricoles et un échange sur toutes les difficultés...

Calamités agricoles gel 2022, avancement de la végétation en arboriculture

Les interventions des responsables professionnels auprès de l'Etat depuis plusieurs mois, confortées par la mobilisation des éleveurs sur le terrain...

Pour mobiliser les aides à la sécheresse 2023, les éleveurs doivent réaliser des démarches urgentes : répondre au questionnaire de la DDTM pour...

mercredi 28 février 2024

Sécheresse et PAC toujours !

86 produits catalans récompensés au Concours Général Agricole 2024 !

 

Le Concours Général Agricole, qui se déroule lors du Salon International de...

Apprenant par les médias la détresse des éleveurs des Pyrénées-Orientales, des éleveurs d'autres départements se sont proposés de fournir du foin....

Début des années 2000, démarraient les travaux pour obtenir de nouveaux clones pour le Grenache gris. 2024, une demande d‘agrément pour trois nouveaux...

La sécheresse intense perdure sur le département et il est difficile, notamment par un manque de recul sur un tel phénomène, de se projeter sur les...

Fonds d’urgence crise viticole… vos professionnels se sont battus