Vous êtes ici : Accueil > Actualités > ESSAIS ECOPECHE 2 2023 : dernière année du dispositif, confirmation des leviers et des limites

ESSAIS ECOPECHE 2 2023 : dernière année du dispositif, confirmation des leviers et des limites

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le dispositif système Ecopêche 2 avait pour objectif de diminuer les intrants phytosanitaires de synthèse de manière plus ambitieuse que Ecopêche 1 par rapport à une conduite en production raisonnée, pour atteindre une réduction de 75 % à 100 % !

Au centre d’expérimentation de la Sica Centrex nous avons poussé le défi à son maximum avec une variété de nectarine intéressante mais difficile Luciana? et avec trois modalités, une conduite en Bio, une modalité ECO + avec pour objectif de diminuer jusqu’à 100 % des produits phytosanitaires chimiques et une avec l’objectif zéro résidu de pesticides dans les fruits.

2023, dernière année du dispositif, nous permet de confirmer certains leviers mais aussi certaines limites ! On a atteint les objectifs de baisse des IFT mais la gestion des maladies et ravageurs reste compliquée et la rentabilité très dépendante des prix de vente !

Confirmation pour la cloque : un meilleur résultat pour la stratégie avec du cuivre !

Avec 2 Bouillies bordelaises (sulfate de cuivre) en préventif et deux, voire trois, Curatio à partir de la floraison, dans la modalité Bio on confirme sur plusieurs années qu’il est possible de gérer la cloque correctement.

La différence entre la modalité Bio, avec cuivre en préventif et la modalité ECO+ sans cuivre (avec du Curatio seul) se confirme depuis 3 ans.

Pas de stratégie efficace en pucerons sans aphicide de synthèse : tout dépend de la pression de l’année !

Nous savons que la lutte contre les pucerons en pêcher en Bio est un gros combat. Notre objectif est d’associer plusieurs leviers dans les modalités ECO et Bio avec l’utilisation de produits de biocontrôle (huile d’été ou savon potassique) et le semis d’un mélange de 8 espèces fleuries dans l’inter rang.

En 2022, la pression pucerons était forte et les dégâts importants. La bande fleurie a apporté (cependant un peu tardivement) beaucoup d’auxiliaires, notamment des larves de syrphes.

En 2023, la pression pucerons était plus faible. La bande fleurie resemée à l’automne 2022 n’ayant pas poussé, très peu d’auxiliaires étaient présents.

On peut donc dire que sur les 5 années nous n’avons pas observé de stratégie vraiment efficace, que le niveau d’infestation dépend de la pression de l’année et que la bande fleurie active apporte cependant une grande quantité d’auxiliaires avec une arrivée tardive sur les pucerons noirs et verts.

ça casse en conservation !

La gestion de la conservation reste toujours compliquée pour une variété sensible et en culture biologique.
Au bout d’une semaine il ne reste plus de nectarines des modalités Bio et ECO + ! Les deux applications en verger de produits de biocontrôle à base d’hydrogenocarbonate de potassium (Armicarb) ou de levures (Julietta) avant récolte ne sont sûrement pas suffisantes !

Indices de Fréquence de traitement : objectifs atteints mais au prix d’une baisse de rendement !

On baisse de 40% les IFT dans la modalité 0 résidu, de 80% dans la modalité Bio et de 100% dans la modalité Eco+, chiffres à peu près similaires qu’en 2022.

En contrepartie, on baisse de 12.8% les rendements dans la modalité 0résidu (-10% en 2022), de 39% en Bio (- 43% en 2022) et de 28.6% en ECO+ (-41% en 2022) !

Résultats économiques

Après une année de gel en 2021, une année de grêle en 2022, 2023 a été une année de sécheresse avec des restrictions d’arrosage et les rendements, même s’ils sont en hausse par rapport aux années antérieures, restent moyens.

Après une année de gel en 2021, une année de grêle en 2022, 2023 a été une année de sécheresse avec des restrictions d’arrosage et les rendements même s’ils sont en hausse par rapport aux années antérieures, restent moyens



 On retiendra :

-  qu’on arrive à gérer la cloque avec des produits de biocontrôle, et que l’utilisation de cuivre combinée à de la bouillie sulfocalcique donne de bons résultats,
qu’on gère très mal les attaques de pucerons mais que le semis de fleurs est un levier supplémentaire qui apporte des auxiliaires fonctionnels,
-  que la sensibilité aux maladies de conservation est un vrai frein pour réussir à baisser les produits phytosanitaires de synthèse, il faut avoir à des variétés rustiques,
-  que de la maîtrise de parasites émergents avec le changement climatique est de plus en plus incertaine et complexe comme le montre l’année 2023 avec la montée de puissance de ceratitis capitata, de l’apparition de dégâts de punaise diabolique, …
-  et qu’avec les prix encore corrects en AB, les chiffres d’affaires des modalités PFI et Bio se sont rejoints en 2023. Par contre, la modalité 0 résidu a un chiffre d’affaires inférieur de 3000 €/ha par rapport à la PFI et la modalité Eco, poussée à l’objectif maximum de réduction des phytos, a atteint la limite de la rentabilité.

 

 


Les dernières actualités

Le Concours National de la Tomme des Pyrénées au lait cru 2024 a eu ce samedi 15 mai à EYNE (66). En voici le palmarès.

Ce dispositif d'aide multi-filière vise à financer des investissements permettant de réduire voire de substituer ou améliorer l’utilisation de...

Le nouvel appel à Projet « Rénovation Verger » des campagnes 2023/2024 et 2024/2025 de FranceAgriMer est ouvert en ligne à partir du 30 mai 2024. La...

Ce dispositif d'aide vise à financer des investissements permettant d’améliorer la résilience individuelle des exploitations agricoles face à la...

Le 31 mai 2024 le Préfet des Pyrénées-Orientales a pris un nouvel arrêté sécheresse prorogeant l'arrêté du 4 avril 2024 et globalement l'ensemble des...

Ce lundi 27 mai la Chambre d'agriculture et ses partenaires ont mis à l honneur nos talents catalans ! C4est au total 86 produits pour 36 médaillés.

Comme tous les ans, le réseau Bienvenue à la ferme organise ses portes ouvertes dans les Pyrénées-Orientales et dans toute l'Occitanie le premier...

Après 2 années de sécheresse, un printemps normal.

Situation des marchés vins vrac.