Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le Répertoire Départ-Installation : un outil d’aide à la transmission des exploitations

Le Répertoire Départ-Installation : un outil d’aide à la transmission des exploitations

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Dispositif national, le Répertoire Départ-Installation ou RDI a pour but de favoriser la transmission des exploitations hors cadre familial en mettant en relation des candidats à l’installation et des agriculteurs souhaitant céder leur exploitation.

Qui est concernés ? Les cédants – les candidats

L’objectif du « Répertoire » est de faciliter la transmission en recensant à la fois l’offre d’exploitations, parcelles, voire bâtiments sans repreneur et la demande. Il traite aussi bien des transmissions par vente qu’en fermage.

Le Répertoire s’adresse aux exploitants qui envisagent de cesser leur activité ou aux propriétaires fonciers qui cherchent un repreneur  à l’occasion d’un départ en retraite, d’une reconversion professionnelle ou d’une transmission d’une partie de l’exploitation..

 

Ill s’adresse aussi à des candidats à l’installation à la recherche de foncier et/ou de bâtiments afin de constituer une exploitation viable ou de conforter une exploitation existante. Le Répertoire leur permet d’avoir accès à un choix d’exploitations ou parcelles disponibles.

 

Les candidats : les PO un département attractif pour des candidats en reconversion

Le Répertoire reste un outil très intéressant qui permet chaque année à plusieurs jeunes de s’installer et à des cédants de voir leur exploitation reprise dans de bonnes conditions. Les inscriptions au Répertoire nous montrent l’intérêt  croissant de notre département pour les porteurs de projet extérieur au département  (45 % des inscriptions  2020) avec des candidats qui sont majoritairement en reconversions professionnelles (57 %).  Le site internet qui permet de rendre visible au niveau national des offres départementales ayant fait l’objet d’un audit de transmission a reçu près de 8000 visites en 2020. Vous pouvez voir ces offres sur le site internet www.repertoireinstallation.com.

 

La demande en polyculture-élevage : vers plus de diversification

L’une des difficultés rencontrées dans la transmission tient à la relative inadéquation entre l’offre et la demande. Ainsi, la demande s’oriente vers des exploitations diversifiées avec des productions animales et végétales diversifiées. En fruits et légumes les candidats à l’installation cherchent une petite unité pouvant accueillir un stand de vente avec des productions variées menées en culture biologique ou en permaculture. Or l’offre concerne généralement des parcelles importantes en mono production (pêche ou abricot)  en arboriculture et du parcellaire dispersé en zone non constructible en  maraichage conventionnel. Malgré tout, on commence à voir arriver des propositions d’exploitations bio à transmettre mais nécessitant une bonne technicité initiale. En élevage, les propositions de reprises sont assez rares alors que les candidats sont nombreux notamment en caprin fromagé ou en production de bovin allaitant.  Concernant la viticulture, on constate une baisse de la demande pour la création de cave particulière hors cadre familial alors que les propositions de reprise de vignobles qualitatifs en bon état représentent plus de 60 % des offres du RDI Les propositions d’association restent confidentielles alors qu’elles représentent une opportunité de transmission progressive des savoirs et des spécificités de chaque exploitations.

 

Bilan de l’année 2020 :

Un maintien des inscriptions candidat, une augmentation d’inscription des cédants

 

Candidat : 49 nouvelles demandes en 2020 contre 39 en 2019

Ainsi, en 2021, le Répertoire recense ainsi 106 dossiers de candidature actifs. Déclinés comme suit :

  • 26 demandes (25%) concernant l’élevage ovin, bovin ou caprin,
  • 15 (14 %) demandes concernant les autres activités en élevage (canin, équins, volaille)
  • 10 (9%) en arboriculture,
  • 15 (14%) en maraîchage,
  • 14 (13%) en viticulture,
  • 15 (14%) demandes sur des projets en production diversifiées avec de l’élevage et des productions végétales (polyculture-élevage)
  • enfin, 11 (10%) associant plusieurs productions végétales (viti, arbo, mar)

 

Concernant le mode de faire-valoir recherché, 45 % candidats se disent ouverts à toutes propositions, 18 % recherchent exclusivement des fermages et 37 % souhaitent acheter uniquement.

 

Cédant : 34 inscriptions en 2020 contre 22 en 2019

Début 2021, 91 offres sont ainsi proposées et se décline comme suit :

  • 2 offres (2%)  en élevage ovin, bovin ou caprin et aviculture
  • 1 (1 %) concernant les autres activités en élevage (agritourisme)
  • 7 (15%) en arboriculture,
  • 7 (10%) en maraîchage,
  • 55 (59 %) en viticulture,
  • 9 en productions végétales diversifiées (viticulture + arboriculture + maraichage)
  • enfin 12 (13%)  concernent des terres nues, parcours, landes, bâtiments.

Sur ces 93 cédants, 61 % souhaitent vendre, 16 % envisagent un fermage et 19 % sont ouverts à toutes propositions. Enfin, 3 exploitants recherchent un associé, ce qui pourrait être une solution permettant d’anticiper la transmission des exploitations dans de bonnes conditions.

 

Afin de bénéficier de ce service, les candidats et les cédants peuvent contacter Stéphane AFRICANO du Service Entreprises de la Chambre d’Agriculture

 


Les dernières actualités

A partir du 27 mai 2024, grâce à la taxe d’apprentissage, vous pouvez soutenir les actions de votre Chambre d’agriculture dans son engagement et sa...

Le Gouvernement annonce le lancement d'une enquête destinée à préciser l'ampleur et les priorités souhaitées par les viticulteurs pour la réduction...

Dans le cadre du programme Poctefa 2021-2027, un partenariat riche s’est formé autour de l’Université publique de Navarre dans l’objectif de mener des...

Le samedi 15 juin, l’Association des Fromagers fermiers et Artisanaux des Pyrénées, organise le concours national de la Tomme des Pyrénées au lait cru...

En tant qu’employeur, vous êtes tenus d’informer vos salariés sur le service public du conseil en évolution professionnelle (CEP).

Dans la continuité de la simplification administrative et à la demande de la profession viticole, le conseil spécialisé de FranceAgriMer (FAM) vient...

Sécheresse 2023 : la fin

Abricot : les prévisions de récolte Europech 2024

Démarrage de campagne sur les mêmes caractéristiques que 2023

L’évènement phare du territoire dédié à l’entrepreneuriat - Édition 2024