Vous êtes ici : Accueil > Actualités > INTERVIEW CROISEE : Expé Ecophyto & Fermes Dephy

INTERVIEW CROISEE : Expé Ecophyto & Fermes Dephy

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Myriam CODINI (chargée Expéecophyto ECOPECHE 2 et MIRAD) et Marc FRATANTUONO (ingénieur Dephy pêche 66 et abricot 66).

Conventionnel ? Zéro résidu ? AB ?

Quels systèmes de production pour la pêche et pour l’abricot en Roussillon ?

Entre l’agriculture raisonnée et l’agriculture biologique qui se développe, apparait ces dernières années un nouveau Système De Culture (SDC), la production « 0 résidu de pesticides ».

En dehors des aspects commerciaux, de la réaction du consommateur face à cette nouvelle offre… qui seront à analyser par la filière, en tant qu’expérimentateurs et techniciens de développement quelle est votre analyse de cette nouvelle segmentation pour les filières pêche et abricot ?

Marc :

Il faut d’abord séparer la pêche et l’abricot. La pression des bioagresseurs sur ces 2 espèces est très différente et dans les conditions pédoclimatiques du Roussillon il est plus aisé de chercher à atteindre le 0 résidu et même l’AB en abricot qu’en pêche et nectarine. La prise de risque, au moins à court terme est moindre en abricot.

Myriam :

En effet le projet Ecopêche et Mirad ont bien montré qu’au niveau des maladies de conservations des fruits (monilioses) l’impasse sur les fongicides à l’approche de la récolte n’a pas eu d’impact sur la tenue des fruits post récolte en abricot par contre elle a toujours été pénalisante pour les pêches et parfois très pénalisante avec des fruits qui pourrissaient plus vite et souvent trop vite pour que ce soit acceptable par le circuit commercial notamment pour des variétés tardives.
En 0 résidu sur pêcher, on peut avoir une stratégie contre les pucerons proche de la stratégie conventionnelle ce qui garantit une pression bien plus faible qu’en AB.
Sur abricotier 0 résidu on peut contrôler les monilioses sur fleurs et rameaux et le psylle vecteur de l’Enroulement Chlorotique de l’Abricotier avec des stratégies de protection phytosanitaires proches du conventionnel. C’est beaucoup plus difficile en AB.

Marc :

Des producteurs, dont certains des 2 réseaux Fermes que j’anime ont été tentés par la production 0 résidu. Compte tenu de ce qui a été dit par Myriam, en abricot, ça s’est techniquement très bien passé, par contre, en pêche-nectarine, le problème des maladies de conservation fait qu’on se trouve presque avec un niveau de risque équivalent à l’AB. En pêche, on a donc les risques de la production en AB sans avoir la valorisation de l’AB puisque le 0 résidu peine encore à trouver sa place sur le marché et garantir un niveau de valorisation pour le producteur significativement supérieur au conventionnel.
En abricot, la plupart des producteurs ont considéré le 0 résidu comme une phase transitoire notamment pendant la période de conversion pour passer rapidement en AB au bout de 3 ans.

Myriam :

La baisse du rendement moyen quand on passe du conventionnel en AB est aujourd’hui compensée par des niveaux de valorisation nettement plus élevés mais avec le développement de la production et peut être demain la banalisation du bio, si le niveau de rémunération baissait on pourrait assister à une remise en cause de la rentabilité de la production en AB.
C’est pour cette raison que les nouveaux dispositifs expéEcophyto Ecopêche  2 et Mirad ont notamment pour objet d’optimiser les niveaux de production pour des systèmes de culture AB et même AB 100% biocontrôle pour aller vers des vergers AB plus résilients et plus productifs.

Marc :

Il en est de même pour les Fermes DEPHY. L’objectif est d’accompagner les producteurs, la grande majorité en AB, afin de maintenir au maximum les niveaux de rendements pour garantir une rentabilité long terme et ainsi la pérennité du système de production et des exploitations.
C’est l’axe principal de la candidature pour le renouvellement des 2 réseaux Fermes DEPHY que nous venons de déposer.

Télécharger le compte rendu

Plus d'informations :

 

Opération réalisée avec le soutien financier de l’OFB dans le cadre du programme Ecophyto

 


Les dernières actualités

L'étude de la diversité des pratiques d'élevage et l'approche quantitative de la laine font partie des premières étapes essentielles pour mieux...

Après avis favorable du Comité National de la Gestion des Risques en Agriculture du 28 avril 2022, un arrêté ministériel du 16 mai 2022 définit la...

Recensement des dégâts et démarches à suivre

La filière caprine fermière a été mise à l’honneur dans la région de Rocamadour (Lot) le 4 juin dernier à l’occasion de FROMAGORA, le Concours...

Le 14 juin dernier s’est tenue à la Chambre d’Agriculture une réunion organisée par la Chambre d’agriculture et la Société FLORENSUD, opérateur...

Entre le prix des énergies fossiles qui devient de plus en plus élevé et volatile, les aides à l’installation de chaudières moins émettrices de gaz à...

Pour vous accompagner dans vos choix variétaux, les guides des préconisations variétales : salade sous abri, céleri branche de plein champ, fenouil et...

"Le Préfet des Pyrénées-Orientales a pris un nouvel arrêté sècheresse entrainant des restrictions d'utilisation de la ressource en eau dans les Aspres...

Issues des travaux de l’INRAE de Colmar dans le cadre du programme Resdur, 3 variétés rouges et 2 blanches viennent compléter le panel des quatre...

Nous vous avons informé la semaine dernière des modalités d’accès au Plan de résilience pour le dispositif aide alimentation animale.

Ce dispositif...