Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Conjoncture octobre 2023 : Elevage

Conjoncture octobre 2023 : Elevage

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Sécheresse, acomptes PAC, maladie hémorragique épizootique (MHE), lourde actualité pour l’élevage...

Les Président(e)s de la Chambre d’Agriculture, de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs ont rencontré le ministre Marc FESNEAU mi-octobre. Ils portaient pour l’élevage des questions sur l’application des contrats d’assurance multirisques climatiques et la réforme des surfaces pastorales ligneuses. 

Les pertes de fourrages sont élevées en plaine et en Cerdagne (> 80 %). Les demandes de prise en charge par les assurances fonctionnent en plaine mais pas en Cerdagne. L’enjeu est important : 2023 marque la mise en œuvre d’une réforme structurelle. Les données utilisées ne sont plus basées sur des tournées de terrain mais sur l’utilisation de relevés satellitaires (dites Airbus) de pousse d’herbe.

Les élus ont porté les questions des éleveurs sur les méthodes de calcul et la maille des indices de pousse d’herbe. Le blocage en Cerdagne viendrait de mailles trop importantes qui mixeraient plusieurs communes et plusieurs étages de végétation. Le Ministre a convenu d’intervenir sur le dossier avec les données de fin octobre. Ce dossier est suivi avec attention par la Chambre d’agriculture et le syndicalisme. Nous vous tiendrons informés dans la prochaine note de conjoncture.

Pour les surfaces pastorales ligneuses, la réforme 2023 rend inéligible les surfaces ligneuses si le chargement pastoral est inférieur à 0,2 UGB/Ha. Cette décision impacte plusieurs milliers d’hectares de surfaces boisées des PO ; elles sont localisées dans les piémonts et les estives. La perte départementale avait été estimée à 1,6 M € en avril. Les rectifications de déclaration en mai devraient réduire l’impact mais elle restera importante. La sécheresse complique la situation car elle rend impossible des accroissements d’effectif pour améliorer le chargement. Le Ministre a refusé la demande de dérogation départementale mais a accepté d’étudier les demandes individuelles. La Chambre d’Agriculture a écrit à tous les éleveurs concernés pour les inciter à demander cette dérogation.

Sur le volet affourragement, le Conseil Régional a voté le 20 octobre, une aide au transport de fourrage de 300 000 €. Cette enveloppe ne permettra de couvrir que les situations les plus sensibles ; des priorisations sont nécessaires. La Chambre d’agriculture a sollicité les éleveurs pour qu’ils transmettent leurs factures d’achat et détaillent le volume acheté en plus d’une année normale. En parallèle, le Syndicalisme mobilise des approvisionnements de solidarité. Une première campagne a eu lieu pour de la paille et il cherche actuellement du foin sur l’Occitanie.

La PAC et la sécheresse pénalisaient déjà lourdement l’élevage départemental. L’arrivée par l’Espagne, en septembre, de cas de maladie hémorragique épizootique sur le piémont pyrénéen, en pleine campagne de broutards a fait craindre le pire : l’obligation de garder tous les veaux sur les exploitations et de les alimenter avec des fourrages achetés. La réouverture rapide des exportations vers l’Espagne a été un soulagement pour les éleveurs et la filière.

Pour finir, un dernier regard sur la PAC : le comité de pilotage avec la DDTM du 24 octobre a permis un tour d’horizon de la conjoncture et de l’avancement de la réforme.
Les données de la campagne 2022 sont aujourd’hui complètes et permettent de confirmer la poursuite de l’accroissement des aides. Sur les aides découplées, depuis 2015, c’est presque un doublement (passage de 6,17 M à 11,57 M €). Pour les PO, les aides directes représentent en 2022, 23 846 M d’€, cette aide importante ne doit pas faire oublier que les PO se classe toujours à la dernière place d’Occitanie.

Le COPIL a également permis d’avoir une vision détaillée de la campagne 2023. Premier sujet de satisfaction, la réforme des aides et la possibilité d’accéder avec un simple fragment de DPB (0,01) à l’ensemble des mesures complémentaires (paiement redistributif, écodispositif, jeune agriculteur, maraichage) ont fortement mobilisé les PO : + 127 demandes JA par rapport à 2022 et + 175 demandes de l’aide de base.

La Chambre d’Agriculture satisfaite de ces résultats s’était fortement impliquée au cours de la campagne de déclaration. Elle regrette cependant les derniers arbitrages du Ministère qui ont baissé les paiements d’écodispositif et l’aide complémentaire JA (- 1500 €). Nous espérons que le paiement des soldes  en fin d’année pourra rattraper cette situation.

De nombreux éleveurs attendaient le versement des acomptes PAC pour finaliser leurs achats de fourrages pour l’hiver 2023/2024. La réforme de la PAC vient compliquer ces versements avec des situations très contrastées d’une exploitation à l’autre. Ce manque de visibilité pénalise des exploitations qui n’ont aucunement besoin de cette perturbation supplémentaire. Les élus de la chambre d’Agriculture, de l’Association des AFP/GP, du syndicalisme ont alerté la DDTM lors du Comité de suivi PAC du mardi 24 octobre en DDTM. Les éleveurs peuvent d’ores et déjà interroger la DDTM par mail pour clarifier des situations individuelles : ddtm-dossierpac66@pyrenees-orientales.gouv.fr

Si le versement des acomptes est la mauvaise surprise de cette réforme, les inquiétudes du déploiement du 3STR ( !) et des PGL  (!!) sur les parcours ne se sont pas concrétisées : avec 26 feux rouges, les déclarations des PO ont été peu impactées et ces feux ne concernaient que des jachères. Les demandes de photos géolocalisées, PGL furent aussi peu nombreuses (30) et n’ont conduit qu’à 6 parcelles non conformes.


Les dernières actualités

Le Gouvernement annonce le lancement d'une enquête destinée à préciser l'ampleur et les priorités souhaitées par les viticulteurs pour la réduction...

Dans le cadre du programme Poctefa 2021-2027, un partenariat riche s’est formé autour de l’Université publique de Navarre dans l’objectif de mener des...

Le samedi 15 juin, l’Association des Fromagers fermiers et Artisanaux des Pyrénées, organise le concours national de la Tomme des Pyrénées au lait cru...

En tant qu’employeur, vous êtes tenus d’informer vos salariés sur le service public du conseil en évolution professionnelle (CEP).

Dans la continuité de la simplification administrative et à la demande de la profession viticole, le conseil spécialisé de FranceAgriMer (FAM) vient...

Sécheresse 2023 : la fin

Abricot : les prévisions de récolte Europech 2024

Démarrage de campagne sur les mêmes caractéristiques que 2023

L’évènement phare du territoire dédié à l’entrepreneuriat - Édition 2024

 

Indemnisation fondée sur la solidarité nationale pour les cultures non assurées. Pertes de récolte causées par la grêle du 12 septembre 2023. Après...