Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le bilan phytosanitaire de la campagne 2019

Le bilan phytosanitaire de la campagne 2019

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les caractéristiques à noter du millésime 2019 auront été, la période de très fortes chaleurs et le manque d’eau sur l’ensemble du vignoble départemental, mais aussi régional. Le 28 Juin 2019 restera dans les annales de la viticulture pour son épisode « Coup de soleil ».

ECHAUDAGE du 28 JUIN 2019

Les stades phénologiques de la vigne s’étalaient de « nouaison : BBCH 71 » en secteurs tardifs à « fermeture des grappes : BBCH 77 » en secteurs précoces. Cet épisode de fortes chaleurs était annoncé par les prévisionnistes depuis une semaine. Les températures au cours de cette journée ont pu dépasser les 42°C et approcher les 44°C sous abris entre 11heures et 17 heures suivant les zones. C’est la brusque montée des températures en l’espace de 24 heures, passant de 30/35°C en moyenne à plus de 42° qui a provoqué la dessiccation partielle ou totale des feuilles et des grappes exposées au soleil. Le stress hydrique a accentué le phénomène dans certaines zones ou au sein même des parcelles. Les dégâts ont pu varier de 10 à 100% suivant les expositions et les situations extrêmes. Tous les cépages sont concernés mais souvent nous recensons les Carignan, Grenache, Muscat d’Alexandrie, Muscat petits grains, Macabeu.

 

MILDIOU

Le risque d’apparition du Mildiou, en début de campagne dans le vignoble, était faible suite à une longue période de deux mois (février, mars) en sortie d’hiver sans précipitation. Les températures, sur les premiers développements végétatifs, restaient froides en deçà des conditions favorables au champignon. Seuls les secteurs du Cru Banyuls et Sud Tech présentaient un risque plus élevé d’après les modèles.
Deux épisodes pluvieux début avril (2-6 et 9 avril) ont déclenché des contaminations pré-épidémiques  Zones Sud Tech et Nord Tech. De fortes pluies, validées épidémiques par le modèle, au 22-23 Avril ont déclenché un risque important de contaminations primaires ainsi que de voir apparaitre les premiers foyers en plaine Nord Tech et Sud Tech.
Les premiers symptômes sont identifiés sur la commune de Pia le 3 mai puis sur Perpignan, Canet en Roussillon, Cabestany.
C’est ensuite sur le Cru Banyuls, les Aspres (Fourques, Tresserre) au 9 mai qu’est apparue la maladie.
D’autres épisodes pluvieux du 11 et 17 mai ont provoqué des repiquages sur ces secteurs où la maladie était déclarée.
Le secteur Sud Tech malgré le risque annoncé très élevé, n’a pas révélé de foyer à cette date. Pour la vallée et  haute vallée de l’Agly, ce n’est qu’au 24 mai que sont observés les premiers symptômes. Sur le secteur Albères, les premières taches non sporulées sont identifiées le 28 mai. Nous étions au stade nouaison en zones précoces dans le vignoble.
Plusieurs épisodes contaminants apportant quelques millimètres du 5 au 10 Juin ont provoqué d’autres contaminations sur feuilles, des foyers de Rot gris sont apparus. Les taches sur feuilles sont nombreuses sur certaines parcelles, mi-juin quelques symptômes de Rot brun sont visibles. Les situations avec pertes de récoltes significatives  sont rares. Cependant les températures élevées (> 30°C) accompagnées d’humidités nocturnes sur la végétation maintiennent un Mildiou sporulant et très actif. Ce Mildiou s’est développé sur jeunes feuilles  en situation poussante, et sous forme mosaïque sur les feuilles plus âgées jusqu’à la récolte. Contrairement à 2018 le Mildiou n’a pas était la problématique de la campagne avec un minimum d’attention. Sur le Fenouillèdes et  Bas Conflent la maladie ne se sera pas manifestée.

BLACK ROT

Les conditions météorologiques, avec des températures fraîches en début de cycle et des épisodes pluvieux contaminants sur la période de forte sensibilité (nouaison) pouvait laisser croire à un développement du Black Rot dans les secteurs historiques Albères, Cru Banyuls, Vallespir. La maladie s’est très peu  manifestée à partir du 13 mai comme le prévoyait le modèle. La maladie en progression depuis 4 ans dans les vignobles Aspres,  Premiers Côteaux,  Littoral,  Rivesaltais, Conflent et Riberal n’a pas exprimé de symptômes significatifs cette campagne. Les dégâts sont négligeables au vignoble. La lutte conjointe, avec des spécialités homologuées sur les trois cibles  Mildiou, Black Rot et Oïdium ont une part importante sur le résultat obtenu.

 OIDIUM

La maladie s’est peu manifestée sur cette campagne. Sa virulence a été moyenne dans l’ensemble. Malgré la présence de la forme « drapeaux » assez régulièrement dans les parcelles de Carignan dans certaines situations en début de végétation, son développement a été limité. Les symptômes d’Oïdium sur feuilles régulièrement visibles en cours de première partie de cycle n’ont pas donné de situation explosive de la maladie sur la période de forte sensibilité floraison – nouaison/ grossissement des baies à mi-juin. A la fermeture des grappes il y avait peu d’évolution des situations. Ce n’est que début juillet après fermeture des grappes, jusqu’à véraison que les symptômes  ont été plus présents dans certaines parcelles. Les dégâts sont restés limités globalement sans conséquence sur la récolte.

TORDEUSES DE LA GRAPPE

En toutes zones, l’Eudémis en première et deuxième génération est restée à un niveau d’infestation très faible. Les températures froides en début de cycle de première génération ont probablement eu des effets sur le développement du parasite. Les très fortes chaleurs exceptionnelles, sur la période de deuxième génération pourraient  avoir eu le même effet.
Seule la troisième génération en fin de cycle, a fait apparaitre des dégâts en zone littorale et Rivesaltais. Ce millésime restera une des infestations les plus faibles de ces dix dernières années. Les surfaces conduites en lutte par confusion sexuelle ont fortement progressé sur la campagne 2019.

POURRITURE GRISE

Les humidités nocturnes et matinales régulières, liées aux entrées maritimes fin juillet et début août, ont provoqué le développement du Botrytis sur cépages sensibles (Chardonnay, Syrah…). Quelques perforations et éclatements de baies sont à l’origine du développement de « bouchons » de pourriture grise. La progression de la maladie est restée limitée. En deuxième partie du mois d’août les conditions asséchantes liées à la Tramontane ont permis de freiner les dégâts.

 PYRALE : CRYPTOBLABES GNIDIELLA

Cette pyrale continue de se manifester dans le vignoble sur les zones déjà identifiées par sa présence : Littoral, Aspres, Rivesaltais, Riberal, Albères. En 2019 les dégâts observés avant récolte, sont très fluctuants d’une zone et d’une parcelle à l’autre. Ils ont été importants ponctuellement.  Cependant en surface c’est l’Eudémis qui a provoqué le plus de dégâts malgré sa faible infestation.

FLAVESCENCE DOREE

La maladie continue sa progression dans le vignoble départemental. Les souches isolées sont de plus en plus nombreuses et de nouveaux gros foyers ont été identifiés sur les communes de Saint Genis des Fontaines et Villelongue dels monts.


Les dernières actualités

mercredi 06 novembre 2019

La cellule d’accompagnement des agriculteurs en difficultés, suite à l’épisode de canicule du 28 juin 2019, a fait le point sur les premières mesures...

Pour cette première campagne de visites, la filière équine ayant fait l’objet de plusieurs épizooties ces dernières années, la thématique abordée...

Cette réglementation concerne tous les transports d’animaux vertébrés vivants effectués dans le cadre d’une activité économique (marché, abattoir,...

Depuis 2 ans le projet ECO-EAU ARTICHAUT, mené par La SICA CENTREX, la Chambre d’Agriculture des Pyrénées-Orientales et Sud Agro Météo, permet...

Pour accompagner le développement de la filière Plantes à Parfum Aromatiques et Médicinales (PPAM), l’EPLEFPA¹ Perpignan-Roussillon et la Chambre...