Vous êtes ici : Accueil > Actualités > MIELLERIE : s'équiper en individuel ou en collectif

MIELLERIE : s'équiper en individuel ou en collectif

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Partager les équipements nécessaires à l’extraction et au conditionnement du miel permet d’alléger les investissements à l’installation. En groupe, il y a des contraintes d’organisation, mais aussi des opportunités.

 

Source : La France Agricole

Date de parution : 10 juin 2022

 

LES INVESTISSEMENTS

Une surface minimum de 50 m²

La miellerie, destinée à l’extraction et au conditionnement du miel, doit permettre le contrôle de la température et de l’humidité, et être facile à nettoyer afin de respecter les règles d’hygiène. « Pour travailler dans de bonnes conditions, une surface d’au moins 50 m² est nécessaire », souligne Georges Yau, de la chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales. « Pour évaluer celle-ci, on compte entre 0,5 et 1 m2 par ruche, en fonction de la hauteur disponible pour le stockage. Il faut prévoir une zone d’extraction, une autre pour le conditionnement, une chambre chaude pour déshumidifier le miel si besoin, et de la place pour stocker », précise Margaux Maurage, de l’Association de développement de l’apiculture (ADA) d’Occitanie. L’investissement, très variable suivant l’option choisie, va de 20 000 € pour aménager des containers mobiles d’occasion, jusqu’à plus de 150 000 € pour un bâtiment neuf. « À l’installation, rejoindre une miellerie collective permet de limiter ses investissements et de les concentrer sur le rucher », note Georges Yau. Un hangar individuel reste néanmoins indispensable pour stocker les hausses vides et le matériel.

14 000 à 36 000 € de matériel

« Dans la miellerie, il faut compter entre 14 000 et 36 000 € pour le matériel nécessaire à l’extraction, au conditionnement, au stockage, à la manutention et au nettoyage, en fonction de la qualité des équipements choisis », indique Margaux Maurage. Dans l’exemple ci-contre, ce matériel revient à 21 500 € en individuel (tarifs d’avant la hausse actuelle). En Cuma, avec des bacs et des maturateurs en plus, un deuxième extracteur de grande capacité et une étiqueteuse, l’investissement monte à 35 000 €. « Mais avec des équipements plus performants, on réduit, par ailleurs, le temps de travail », note Georges Yau.

Amortir les coûts en collectif

Les investissements, plus élevés en groupe, sont plus faciles à amortir car la quantité de miel travaillée est bien supérieure du fait du regroupement de plusieurs apiculteurs au sein d’un même atelier, utilisé sur un plus grand nombre de jours. Ramenés au kilo de miel, les coûts d’extraction et de conditionnement sont moindres. Dans l’exemple ci-contre, le coût en Cuma, hors main-d’œuvre, descend à 0,86 €/kg pour le miel en vrac contre
2,07 €/kg en individuel.

 

ORGANISATION

Des contraintes

L’option collective n’a pas pour autant que des avantages. « Il faut être prêt à partager les décisions avec d’autres », signale Georges Yau. Il y a également des contraintes en matière d’organisation du travail. « La gestion du planning d’utilisation de la miellerie requiert une bonne entente au sein du groupe », relève Margaux Maurage. Dans l’option collective, il faut aussi prévoir des déplacements jusqu’à l’atelier, ce qui prend du temps. Pour limiter ceux-ci, mieux vaut créer un groupe avec des apiculteurs installés à proximité.

Échanges et entraide

« Les rencontres au sein du groupe favorisent les échanges techniques », remarque Margaux Maurage. Les débutants peuvent ainsi bénéficier du retour d’expérience des apiculteurs ayant déjà de la pratique. Le collectif facilite aussi l’entraide. « À deux, l’extraction et le conditionnement sont plus rapides que si on est seul », constate Georges Yau. Enfin, en s’organisant à plusieurs, il est possible de grouper les achats de pots, par exemple, afin d’obtenir de meilleurs tarifs, ou encore de mutualiser une partie des ventes pour revaloriser le miel vendu en vrac. Dans ce cas, la structure juridique choisie doit permettre de vendre. C’est le fait en coopérative. En Cuma, il faut créer une société commerciale à côté.

 


Les dernières actualités

Le Préfet des Pyrénées-Orientales a pris un nouvel arrêté sécheresse entrainant des restrictions d'utilisation de la ressource en eau dans la vallée...

Une nouvelle charte riverains pour les département des Pyrénées-Orientales a été validée par le Préfet en date du 26 Juillet 2022. Elle s'applique...

Partager les équipements nécessaires à l’extraction et au conditionnement du miel permet d’alléger les investissements à l’installation. En groupe, il...

Information du Comité RQD : Après un PCR 4 qui a connu un véritable succès, le Conseil Spécialisé Vin de FranceAgrimer vient de donner son accord sur...

Cette plante allergisante n’avait pas encore été signalée dans notre département, contrairement à nos voisins… C’est chose faite. La FREDON* Occitanie...

Comme vous l’avez peut-être déjà vu passer, l’année 2022 est synonyme de modifications du cahier des charges HVE. Les textes relatifs aux évolutions...

Le Préfet des Pyrénées-Orientales a pris un nouvel arrêté sècheresse entrainant des restrictions supplémentaires d'utilisation de la ressource en eau...

jeudi 21 juillet 2022

Il est désormais obligatoire de désigner un médiateur de la consommation dès que des activités de vente de biens ou services pour le grand public sont...

En raison des fortes chaleurs, des besoins en eau élevés des vergers, en conséquence des fortes ETP (évaporation transpiration potentielle) il est...

La Chambre d’agriculture recherche des talents agricoles pour compléter son équipe d’experts ! Nous te proposons un modèle basé sur la proximité,...


Retrouvez nos accompagnements Chambre d'agriculture