L'agriculture du département

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les Pyrénées-Orientales comptent un peu plus de 4 000 exploitations agricoles qui génèrent de l’ordre de 400 millions d’euros de chiffre d’affaires (1ère induction) et emploient 3 000 personnes (2e secteur derrière le tourisme) pour 126 millions d’euros de salaires versés.

Une agriculture…
  • Soumise à la pression foncière

Grâce à 10 000 ha reconquis par l’élevage, la SAU compte 82 000 ha. 15.2% sont en agriculture biologique (1er département bio en France). Du choix de l’aménagement du territoire dépend le maintien des espaces agricoles. On constate une augmentation du foncier bâti de 171% en 7 ans. Alors que la population a augmenté de 1,3% par an, la tache urbaine dans la plaine a augmenté de 3,7% par an depuis 30 ans.

Enjeu : Maîtriser l’étalement urbain avec des objectifs précis de consommation de terres agricoles et de densification de l’habitat...

  • Dépendante du marché

Avec moins de 30 millions d’euros d’aides, les P.O. sont un des départements les moins soutenus de France.

Enjeu : Un meilleur accompagnement par la PAC du caractère méditerranéen de notre département.

  • Dépendante des éléments climatiques

Le département est soumis à des éléments météorologiques souvent violents propres au climat méditerranéen (vent, grêle, neige, sécheresse, inondation…).

Enjeu : Mettre en place une assurance récolte efficace en zone méditerranéenne.

  • Très dépendante de l'irrigation

400 millions de m3 sont prélevés par des canaux qui couvrent en totalité 5 000 km. Deux barrages permettent le stockage de 80 millions de m3.

Enjeu : Réaliser une démarche concertée pour assurer la pérennité de l’usage de l’eau.

  • Soumise à des distorsions de concurrence

Le coût de la main d’œuvre (ex : 11 euros/heure en France contre 7,80 euros/heure en Espagne et 6 euros/heure en Allemagne) pénalise la compétitivité des exploitations. À cela s’ajoutent des distorsions fiscales et phytosanitaires. Le marché Saint Charles stigmatise ces menaces mais constitue également un pôle logistique fort utile à la production locale.

Enjeu : Une harmonisation des coûts est indispensable tout comme la formation des salariés pour optimiser la rentabilité et professionnaliser durablement notre main d’œuvre.